Il y a environ un mois, mon mari est venu me voir et m’a surprise en me demandant: « Il y a douze boîtes de vêtements d’enfants dans le garage. Est-ce qu’on veut avoir un autre bébé ? Parce que sinon, on pourrait les donner. Ça libèrerait de l’espace ! » Mon cœur s’est arrêté. Premièrement, il s’est arrêté car j’ai réalisé que mon mari acceptait d’avoir un quatrième enfant si je le désirais (je l’aimais tellement pour ça. Merci chéri !). Deuxièmement, il s’est arrêté parce que je savais qu’il fallait prendre la décision plus tôt que tard. Mais je ne voulais pas le faire, car pour moi, c’est une décision extrêmement difficile à prendre.

Mais tout le monde – même des étrangers – me mette de la pression pour au moins y penser. C’est comme une longue série de dominos : As-tu un copain ? Quand est-ce que vous vous mariez ? Voulez-vous des enfants ? Félicitations pour votre bébé – c’est pour quand le deuxième ? Voulez-vous un troisième ? Et à l’hôpital, après l’accouchement de Bébé G, quelqu’un nous a demandé si on planifiait un quatrième ! Toutefois, je ris car des fois je me retrouve en train de demander les mêmes questions à d’autres couples et je dois me rappeler de ne pas le faire.

Les statistiques redoutées

Alors, pourquoi dois-je prendre la décision tout de suite, vous vous demandez? Bref, le temps joue contre moi. J’aurai 42 ans ce printemps et à mesure que les mois passent, ma fertilité ne s’améliore pas. Saviez-vous que les femmes naissent avec 400,000 ovules viables, et qu’à l’âge de 40 ans, il n’en reste que 3 % ? Et que ceux-ci sont plus vieux et en moins bonne santé ? C’est aussi assez inquiétant de penser aux risques accrus de fausse couche, de maladies génétiques, de diabète de grossesse, etc. C’est un portrait assez triste, je le sais, et je n’aime pas du tout penser au fait que je vieillis. Mais c’est la réalité.

Pourquoi voudrais-je un autre bébé ?

Je comprends que les statistiques ne sont que ça – des statistiques – et que j’ai de très bonnes chances d’accoucher d’un enfant en parfaite santé ! Ma grand-mère a eu son dernier à 42 ans, ma belle-mère à 44 ans, et plusieurs amies ont eu des bébés en santé après 40 ans. Mais je me demande souvent : Quelle sont mes vraies raisons de vouloir un autre enfant ? Est-ce parce que je veux prouver à moi-même – et aux autres – que je suis encore jeune ? Belle tentative ! Est-ce que ma famille est incomplète ? Non. Est-ce parce que j’adore être enceinte et que je veux accoucher une dernière fois ? Oui, j’aimerais bien revivre une autre grossesse !  Et avoir un accouchement à la maison cette fois-ci ? Ça serait génial !  Ou est-ce que je veux pour une dernière fois cajoler un nouveau-né et sentir son petit souffle contre mon cou ? Oui, c’est certain.

Passer à une autre étape

Toutefois, même si mon cœur dit oui à un autre bébé, à mesure que le temps passe, ma tête dit non. Et plus récemment, à ma grande surprise, une petite partie de mon cœur commence à la suivre. Pour la première fois depuis que je suis devenue maman il y a cinq ans, j’ai le goût de passer à une autre étape. Une étape où les couches sales, les nuits blanches et les poussées dentaires n’existent pas. Une étape où notre famille peut faire des activités ensemble sans que je reste à la maison avec un nouveau-né. Une étape qui permet à mon mari et moi plus de sorties en couple. De plus, j’ai hâte de consacrer plus de temps à mon travail d’accompagnante à la naissance et d’accompagnante aux relevailles afin d’aider des nouvelles familles. Quelles révélations !

Alors, pour ces raisons, il se peut que Bébé #4 ne vienne pas. Je sais qu’une fois que la décision sera finale, je devrai faire le deuil du fait que je n’aurai plus d’enfants. Je serai peinée de ne pas avoir commencé ma famille plus tôt pour avoir cinq ou six enfants ! Et je verserai beaucoup de larmes en disant adieu à ma jeunesse fertile. Mais pour l’instant, nous n’avons toujours pas pris de décision. Si, par hasard, nous avons un autre bébé, je dirai sans doute qu’il était prédestiné et j’attendrai quelques années de plus avant que ces sentiments resurgissent. Et tant pis pour mon mari car il devra attendre pour reprendre l’espace dans le garage ! Mais je vous en prie, ne me demandez pas si nous allons en avoir un cinquième !

 

Ne manquez pas mon prochain article – inscrivez-vous à mon blogue ! 

Suivez-nous sur Facebook et sur Twitter !

YES, PLEASE!
You will also be added to our mailing list which provides content for new and expecting mothers.
You can unsubscribe at any time.
YES, PLEASE!
You will also be added to our mailing list which provides content for new and expecting mothers.
You can unsubscribe at any time.
YES, PLEASE!
You will also be added to our mailing list which provides content for new and expecting mothers.
You can unsubscribe at any time.